Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 00:02

                             frisbee-dog.jpgfrisbee-bodybuile.jpg
- Juju tu dois aller couvrir un entrainement de frisbee ! me chuchote Charlie dans les oreilles, tandis que je rédige une brève sur une explosion de conduite de gaz.

- Pardon mais Charlie…du frisbee ? Vous voulez dire le sport ?

- Oui oui Juju, le sport avec l’assiette.

- "Sport", le truc exigeant une activité physique et pratiquée par des sportifs ?

- C’est exact, oui.

- Mais Charlie, ma présence dans une aire sportive, c’est comme scotcher un nudiste sur le tombeau du réacteur de Tchernobyl ! Y’a pas les mecs des sports qui peuvent y aller ?

- Oui oui, mais il est 16h ils sont plus là, continue Charlie en relisant une maquette apportée par un maquettiste.

- Ok Charlie…à quelle heure ?

Je m’extirpe de la rédaction, slalome à travers un crachin virevoltant, glacé et pointu, puis évite les yeux jaunes des voitures qui chargent vers moi, absence de trottoir oblige. Ah merci monsieur le Maire ! Proche banlieue. Couronne louche. Je débarque sur un énorme bâtiment silencieux, colossale bâtisse où sont perpétrés des rituels totalement inconnus pour moi. Une contrée hostile. Sur une plaque barbouillée par la pluie, je déchiffre le mot « Gymnase » qui apparait par éclats, sous l’effet de l’orage trombinoscopique. Je tambourine à la porte. Silence en réplique. Des clameurs étranges franchissent la porte toute pourrie subventionnée par la mairie.

- Il y a quelqu’un ?? C’est la presse ! crie-je à l’entrée.

Impression d’être un petit chanteur de Noël.

- Ohé y’a quelqu’un ??

- Ohé y’a quelqu’uuuuun me répond un écho railleur.

Je pousse la porte qui couine dans un frottement de dentier de nonagénaire. Glissements et grincements infernaux se rapprochent de mes tympans. Un point lumineux éclate dans mon champ visuel, au bout du couloir sur les côtés duquel pendent des cadavres plissés de K-Way. Je tâtonne. La lumière se fait plus ardente, les glissements plus puissants. Mes pieds atterrissent sur du parquet. L’antre des sportifs ! Contrée maudite ! Une armada de biceps s’immobilisent lorsque le plancher craque sous mes Caterpillar.

- Euh bonsoir, je suis journaliste, je viens faire un article sur votre sport, pourrais-je parler à votre chef s’il vous plait ?

Les joueurs de frisbee sont baraqués, première chose que je note sur mon carnet. Ma vision classique du frisbee en prend un coup : point de plage, ni de californienne bronzée qui lance le frisbee à un chien aux poils dorés qui le rattrape en l’air au ralenti. Une silhouette famélique aux cheveux gras, lunettes et t-shirt propagande de la mairie fait son chemin à travers les biceps et pectoraux mal lunés.

- Bonjour, moi c’est Henry le président du club, vous désirez ?

- Un article pour le journal, sur votre sport.

- Comment ça marche ?

- Alors c’est simple, je navigue un peu partout, discrètement, tel un inspecteur des impôts, j’essaie le frisbee, je vous pose des questions, pose des questions aux spectateurs, bon là y’en a pas mais j’en trouverai plus tard, appelle votre directeur etc, appelle la mairie je connais le Tam-Tam personnel du maire, appelle la fédération, regarde un peu l’encyclopédie et l’historique du frisbee, interroge les voisins sur les éventuelles nuisances produites, puis vous prends en photos. Enfin, vous voyez, du journalisme quoi.

- Ecoutez monsieur le journaliste, nous on aime pas ça quoi, voilà quoi.

Un frisbee kamikaze frôle mes cheveux lavés au Timotei tel un Ovni pygmée.

- Non c’est non répond le gourou nain.

- C’est quoi, un complot de testostérone ? Une revanche de brimade infantile ? Vous n’avez jamais vu de journaliste ?

Oui parfois je m’emporte mais ça n’impressionne que les morts.

- On veut pas d’article !

- J’en ai déjà interviewé des plus têtus du muscle vous savez ! Et des plus gangrénés du cervelet !

Conciliabules de pectoraux. Une montagne de ligaments tendus s’approche de moi. Niché dans la paume de ses mains, le frisbee a la taille de celui d’une hostie dans les miennes. « Quand les hommes de 120 kilos s’expriment, ceux de 60 les écoutent ». Je respecte la jurisprudence Michel Audiard à la lettre.

- Certes euh, je saisis votre appréhension, mais je ferai un bel article !

Tout à coup une douleur lancinante heurte mon fessier journalistique. Je pivote la tête, tâte ma fesse droite, et aperçois un frisbee oscillant encore au sol. Au loin, un lanceur de disque de plastique lève les bras au ciel.

- Je m’excuse, je m’excuse !

Le groupe de frisbeemen afflue vers mon postérieur afin d’examiner les potentielles séquelles.

- C’est bon vous avez rien ! Vous avez du cul sans je de mots !

- Vous êtes sûrs ? C’est dangereux le frisbee ! Je vais le noter dans l’article ça, enfin si article il y a…

- Donc votre reportage, quand est-ce qu’il parait ?

La toute-puissance du postérieur. Preuve que c’est bien lui qui fait tourner le monde. L’article fit l’ouverture de la page, avec photos de pro en extérieur devant des monuments etc. A l’instar de Harry Potter, j’ai alors remercié les cieux journalistiques en apposant ma main sur ma cicatrice, ma première blessure de guerre, mon « bleu sur les fesses ». On dirait un titre de livre...

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.

Partager cet article

Repost 0
Published by jujulepigiste@hotmail.fr - dans Histoires de piges
commenter cet article

commentaires

ecriveuse 08/01/2008 10:07

J'ai bien fait de me souvenir de ton blog malgré ma mémoire de poisson rouge blond et amnésique :))Merci pour l'éclat de rire :)

Nath 07/01/2008 09:14

My God, Juju, tu frises l'indécense là ! Et tu risques ta vie pour un article, courageux, oui, courageux ;o)

DDX 07/01/2008 08:45

Dans le même genre, j'ai dû un jour interviewer des volleyeuses aussi large d'épaule que moi. Je pense que j'ai perdu toute crédibilité quand l'une d'elle m'a fait une passe et que la force de son lancé m'a envoyé à terre.

Présentation

  • : Juju le Pigiste
  • Juju le Pigiste
  • : Journaliste pigiste, des aventures incroyables...au sens propre du terme. Embarquez dans le monde merveilleux de la pige! TOUTES LES HISTOIRES DE PIGES DE CE BLOG SE PASSENT ENTRE FIN 2003 et JANVIER 2006
  • Contact

Ecrivez au coupable!

Recherche

Jamais seul(e)!

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog