Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 00:09

                                

       La silhouette de la plante verte n’est pas assez dense, le bureau pas assez culminant. Aucun endroit pour se planquer. L’index pointeur de Charlie s’aimante vers ma personne. Trop tard.

- Juju c’est toi qui va aller couvrir l’installation et la première du Cirque X !

     J’abhorre le cirque. Pour moi le cirque s’apparente à une succession de phoques à la con et maltraités, de femmes qui marchent sur des fils aussi épais qu’un poil de postérieur, des trapézistes cage aux folles, des clowns qu’on a envie d’immerger dans leur seau, des chameaux bombardiers de crottes et qui puent, sans oublier les sachets de popcorns à dix euros les 20 grammes.

    Le Cirque s’installe dans le quartier le plus glauque de la ville, à deux encablures d’une colonie de caravanes éclairées à la bougie et qui vacillent lorsqu’elles sont occupées. Un cirque en plein QG des putes ! J’aperçois à plusieurs centaines de mètres la pointe du chapiteau qui titille les nuages de pollution. Je me vois contraint, pour y parvenir, d’emprunter le même chemin de croix que les vieux vicieux prêts à succomber aux charmes d’un hermaphrodite brésilien maquillé à la truelle. J’en croise justement un. Et là, vision horreur, à deux mètres de/du la prostitué(e) se tient un homme debout, le pantalon baissé jusqu’aux chevilles, qui s’astique le Polichinelle! Image apocalyptique ! Au-delà de mon imagination ! Mais une scène parfaitement réelle. Je fronce les sourcils en signe d’incompréhension. Et ça continue, la fille/garçon me balance une chose que je pensais uniquement réservée aux  films, mais non !

- Alors on se promène jeune homme ? me dit le transsexuel à bouclettes.

- Euh oui, Madame, Monsieur, et vous ? réponds-je sans m’arrêter.

- Moi je regarde les étoiles, tu veux que je te les montre aussi ? Où tu vas comme ça ?

- Euh, au cirque.

- Ouais ben amuse-toi bien alors, dis bonjour à la trompe de l’éléphant hein, bisous ma chérie.

    J’accélère le pas pour sortir de pandémonium lubrique. Sans m’arrêter, je passe maintenant devant la grande porte d’entrée d’une prison. Le quartier digne d’un décor de cinéma. Un festival de putes, de pervers puis une prison ! Encore un coup de Monsieur le Maire, sûrement traumatisé par un clown maléfique qui puait du bec dans son enfance, et qui se venge à présent en installant la troupe dans les bas-fonds de la ville.

     J’arrive aux abords grillagés du cirque en question. Des bambins tenant des barbes à papa qui font deux fois leur taille, patientent en file d’attente. Quinze mètres plus loin, des putes. Nouveau scanner de mes rétines: là, des enfants avec une barbe à papa, là-bas des putes. Monsieur le maire va apprécier l’article qui s’écrit presque tout seul dans mon cervelet !

- Ohé Monsieur !! me crie un homme à chapeau et nœud papillon.

- Allez-y passez je vous ai reconnu, vous êtes journaliste, je vais vous guider.

- Hein ? Ah bon ? Euh ok, merci.

     Direction les coulisses. Enfin je vais pouvoir respirer ! Et ben non. En écartant les deux énormes bâches rouges, je me mange en plein poils de nez une fragrance de crottes mélangée à de la sciure de bois. Mes pupilles ne sont pas au reste : sur cinq mètres carré sont réunis un mec baraqué et huilé qui s’échauffe tel un gladiateur, deux jumeaux coréens qui marchent sur les mains, un chimpanzé travesti qui se fout de ma gueule, et un lama au regard de faux cul prêt à me cracher dessus.

- Ca porte bonheur hein ?

- Pardon ?

- Ben ça, regardez ! fait-il en indiquant mes Converse du doigt. Mes pieds sont englués dans une merde d’éléphant !

- Elle est où la femme à barbe ? demande-je en extirpant mes attributs podologiques de la bouse made in Dumbo.

- Pardon ?? Cela n’existe plus depuis le 19ème siècle !

- On sait jamais, ça aurait pu faire un article sympa. Comment je peux nettoyer mes chaussures ?

- Allez là-bas près des cages.

     Je file vers les cages isolées à l’arrière du chapiteau. Je localise un arrosoir, l’ouvre et m’arrose les Converse. Un grognement jaillit, deux yeux perçants s’allument dans le noir à cinquante centimètres, des incisives éclatent dans la pénombre. Je crois un moment avoir à faire Monsieur le Maire. Mais non, une meute de tigres surgit et fonce vers moi ! A SUIVRE

votez pour moi merci : -)  Vous pouvez recommencer une fois par jour!  http://www.meilleurduweb.com/index.php?id=119306 

Partager cet article

Repost 0
Published by jujulepigiste@hotmail.fr - dans Histoires de piges
commenter cet article

commentaires

Liza 25/06/2007 17:48

Alors Juju ! Tu vas nous faire attendre longtemps encore ????
 
 

Présentation

  • : Juju le Pigiste
  • Juju le Pigiste
  • : Journaliste pigiste, des aventures incroyables...au sens propre du terme. Embarquez dans le monde merveilleux de la pige! TOUTES LES HISTOIRES DE PIGES DE CE BLOG SE PASSENT ENTRE FIN 2003 et JANVIER 2006
  • Contact

Ecrivez au coupable!

Recherche

Jamais seul(e)!

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog