Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 01:53
                                 

     J’appuie sur Play, les mélodies de When Rock and Roll Dreams come true de Meat Loaf investissent ma salle de bain blanche. Dehors, la neige et le froid sur fond de ciel couleur gaz d’échappement s’allient pour figer le mercure. Je les nargue à travers mon double vitrage. Le chauffage situé à deux centimètres de ma tête me réchauffe la nuque. Le plus dur reste de coller mon dos à la paroi glacée de la baignoire. Je prends un bain bien chaud qui apaise mon corps de journaliste, qui le nettoie. Qui le purifie. Oui, il faudrait pour cela plus qu’un bain saupoudré de poudre moussante, je l’avoue ! Je garde les bras parallèles au corps, sous l’eau. Au bout d’une heure de Grand Bleu, le bout de mes doigts sont fripés comme les fesses d’un vieillard. Je me réfugie dans un énorme peignoir molletonné. Meat Loaf me sort par les trous de nez, après l’avoir écouté en boucle dans ma baignoire. Je coupe le lecteur. Dans la cuisine, je débusque une boite de Pépitos chocolat noirs, les meilleurs, un sachet de tisane, de l’eau brûlante dessus. J’allume la télé, L’Evadé d’Alcatraz avec Clint va débuter. Le générique apparait. Yeah, Clint Clint Clint, ouaiiiiis !  Le téléphone vibre. Une fois. Puis deux. Appel masqué. Un Pépito encore coincé entre mes dents, je décroche. C’est Charlie.

- Allô Juju ? Oui tu dois aller couvrir la sortie vélo de décembre.

- Hein ? Euh c’est quand ? fais-je en croquant un Pépito chocolat noir.

- Ce soir.

    Je m’étouffe avec mon Pépito, me brûle l’entre jambe avec ma tisane qui tangue. Mais me reconcentre immédiatement par réflexe journalistique. Comme lorsque le médecin vous tape sur le genou. Je me lève, considère le paysage dantesque à travers la fenêtre.

- Très bien Charlie, je file !

    Je digère mon Pépito, fous de l'eau froide dans ma tisane pour la rendre tiède et l’ingurgiter cul sec. J’endosse la panoplie de Juju le Pigiste, affublée cette fois-ci d’une écharpe et de gants pour protéger mes petites mains délicates de pigiste. J’endors avec chagrin la télé alors que Clint s’apprêtait à foutre une taule à un mec dans une douche de la prison, qui lui demandait de ramasser un savon. On ne la fait pas à Clint.

     Boum ! Dehors, le froid s’affale sur moi comme lorsque que l’on ouvre un frigo du rayon surgelé dans un supermarché en plein été. Les passants, dans la pénombre qui s’impose, semblent figés, comme un gigantesque Musée Grévin en extérieur. J’aperçois même du gel au bout des poils des chiens et leur haleine toute blanche ! Je prends d’ailleurs le tout en photo, cela pourrait faire un petit encadré insolite marrant. Mon esprit journalistique me rappelle à l’ordre : qui peut organiser une sortie vélo pour des journalistes, par un froid glacial, et le soir après Julie Lescaut ? Cela veut dire qu’on veut se débarrasser de quelques journalistes en toute discrétion : un seul responsable, la confrérie municipale ! Je les vois d’ici dire « Hein, mais vous savez, s’il est tombé malade, c’est parce qu’il ne s’est pas protégé, en aucun cas c’est la faute de la ville et du maire. »

      Je déboule frigorifié, les lèvres sèches comme du saucisson, près du fleuve (un des plus grands de France…). Près du quai, Monsieur le Maire accueille les journalistes et des citoyens tirés au (mauvais) sort. Emmitouflé dans une doudoune à l’effigie de la ville, son souffle glacé pénètre les oreilles des premiers arrivés, collés sur la scelle de leur vélo estampillés eux aussi de l’effigie de la ville. Il se dirige vers moi, et me prend en aparté municipal qu’il maîtrise bien.

- Voyez, Juju le Pigiste, nos vélos fonctionnent même en plein hiver, admirez la tenue des pistes cyclables, vous allez voir ce que vous allez voir, c’est de la piste cyclable nouvelle génération ! Vous pourrez l’écrire dans votre article !

- Vous voulez dire, les pistes sont chauffées et tout ?

- Euh non, c’est les pneus de nos vélos, fabriqués en Suède, qui sont résistants…

- Aussi résistants que les meubles Ikéa, de Suède aussi ?

   Monsieur le Maire et ses joues roses changent de mine. Il détourne le regard, et sourit à ses administrés.

- Merci, merci d’être venus ! Vous en aurez, de quoi raconter aux conseils de quartier ! Que je visiterai sou peu d’ailleurs !

    Son sous-fifre à lunettes embuées lui chuchote quelque chose à son oreille transie. 

- Enfin euh, quand nous aurons aménagé notre emploi du temps. Messieurs, Mesdames, enfilez vos casques, vos moufles, sanglez bien vos petits enfants sur leur siège, et allons-y ! C’est parti !

    Monsieur le Maire part en tête à la vitesse d’un bouchon de champagne. Je serre le guidon, cale mes pieds dans les pédales de mon vélo prêté gracieusement. Je fixe l’entité municipale qui devient presque minuscule. Je fonce ! Je découvre alors une forme d’interview ubuesque. L’interview à vélo. Jamais enseignée nulle part ! Premier vélo croisé, premier témoignage, un résident de l’arrondissement dont les cheveux chauves luisent sous la pleine lune et dans lesquels se reflètent les phares éclairés à la dynamo de la quinzaine de vélos. L’homme pédale vite par Toutatis !

- Je suis retraité, j’ai tout le temps de rouler, et de m’améliorer !

- Mais est-ce que vous…ho mais attendez roulez moins vite ! J’ai une question, je suis journaliste !

    Putain mais je ne travaille pas à Stade 2 !! Je ne suis qu’un humble pigiste ! J’accélère le mouvement, rattrape le retraité et parviens à lui soustraire quelques remarques pertinentes à insérer dans l’article afin de le rendre plus vivant. Je mate les lumières de la ville qui défilent à toute allure, somptueuses, presque factices. Je frôle la roue d’une jeune femme, m’en excuse, et entame la discussion. Nouvelles remarques, moins pertinentes, mais notées dans ma tête. Un journaliste doit avoir une bonne mémoire : en cas de panne de stylo, de cahier, de MP3, c’est salvateur… J’aperçois le peloton municipal, le postérieur du maire, que je talonne à présent. Je pédale, je pédale, je pédale ! Je transpire dans mon écharpe qui me colle et m’étrangle. J’arrive à hauteur du vélo du maire. Je le dépasse, je deviens le premier. Un journaliste en tête ! Leader d’une opération municipale ! Je sens Monsieur le Maire déstabilisé, mais futé :

  - Ah ah ah, vous voyez cette magnifique ville, à vélo, comme elle rend encore plus belle ! Arrêtons nous !

    Car on pédale depuis une demi-heure, avons traversé la moitié de la ville en évitant plusieurs voitures : les sites cyclables dans cette ville ont une fâcheuse tendance à traverser des rues spéciales quatre roues. Mention spéciale à cette piste cyclable au milieu de laquelle trône une borne ! Je la prends d’ailleurs en photo et en parle au Maire.

- Nous allons arranger ça ! me lance-t-il. Il nous convie vers un point repos niché dans le grand parc de la ville. Du thé chaud, des biscuits nous attendent. Pas de Pépitos cela dit. Monsieur le Maire ne connait pas encore mon point faible.

- Je vous laisse, je dois accueillir le maire de Philadelphie ! A bientôt Juju le Pigiste ah ah ah aha aha aha aha !

     Et Monsieur le Maire de nous abandonner sur place comme de vulgaires bonhommes de neige. Il disparait dans la pénombre, fier d’avoir d’une part assuré un article original et mélioratif sur la politique cyclable de la ville et de l’autre, d’avoir laissé se pétrifier dans le froid l’entité journalistique que je représente.

votez pour moi : -)  Vous pouvez recommencer une fois par jour!  http://www.meilleurduweb.com/index.php?id=119306

Partager cet article

Repost 0
Published by jujulepigiste@hotmail.fr - dans Histoires de piges
commenter cet article

commentaires

Juju le pigiste 15/04/2007 22:23

les codes ici sont assez cocasses: qq, même Jfk parfois. A croire que le sort s'acharne! mais merci!

rep ban 15/04/2007 22:05

je confirme
;)
qq2, pour le code, ça signifie que je suis que le deuxieme?
collector.

Présentation

  • : Juju le Pigiste
  • Juju le Pigiste
  • : Journaliste pigiste, des aventures incroyables...au sens propre du terme. Embarquez dans le monde merveilleux de la pige! TOUTES LES HISTOIRES DE PIGES DE CE BLOG SE PASSENT ENTRE FIN 2003 et JANVIER 2006
  • Contact

Ecrivez au coupable!

Recherche

Jamais seul(e)!

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog