Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 22:03
                                      

 

 

                              

« Bienvenue Juju le pigiste ». Un bonheur simple, fait de plantes et de tranquillité me tend les bras. Une journée ensoleillée à deux enjambées d’un fleuve, sur une péniche. On m’avait envoyé couvrir, du moins faire son portrait, le gagnant de la péniche fleurie. Arrivé au port, je ne l’aperçois pas tout de suite, car la dite péniche est ensevelie sous des myriades de fleurs colorées, de plantes et autres artefacts végétaux. Il me faudrait un dictionnaire de latin pour savoir ce que c’est. J’appuie sur la sonnette, un chien répond. Ce sont toujours les chiens qui répondent avant leurs maîtres, ils entendent la sonnette, aboient, un chien c’est l’écho d’une sonnette. Un homme d’une quarantaine d’années, baraqué, en débardeur, sort me saluer.

C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane , et c’est joli. Y’a plein de plantes, y’a plein de chiens, il ne manque rien. Des rosiers, des orchidées, une serre, un arbre tout vert, une plante grimpante, on se croirait dans le dessin animé Jayce et les conquérants de la Lumière , sauf que les plantes sont ici inoffensives. Composant le tableau, deux propriétaires heureux, Didier et Alex. Embarqués sur le même bateau depuis 1998, le couple ne changerait d’endroit pour plein au monde. Avec Pitch et Chloé, leurs toutous, ils sont à mille lieux de l’image somnolente des péniches dépeintes dans L’Homme de Picardie. Un vrai nid douillet à l’intérieur : du parquet, des fauteuils en cuir, digne du repère de Fantômas.

Ici tout est à la fois normal et magique. Chaque année, ils remportent le prix de la péniche fleurie. Les deux chiens sautent sur mes jambes et me collent leur truffe mouillée sur le bras. On m’offre un café, à la température idéale conservée par les rayons du soleil. Le silence complet, à douze mètres d’une rue pourtant pleine de tarés. Les animaux ne s’y trompent pas non plus. Alex me dit qu’il aperçut une tortue un jour, juchée sur un tronc d’arbre, impassible, majestueuse, sa carapace capitaine de ce morceau d’arbre dérivant sur l’eau vers on ne sait où. Car c’est fier, une tortue. Ils chouchoutent aussi une constellation de tomates d’un rouge envoûtant, « pas assez pour survivre si on est attaqués ! ».

Je les prends en photo, leur dis au revoir, les salue de la main tandis qu’ils disparaissaient sous leur paradis végétal. Ils se tiennent par la hanche. En partant, sur le pont, je distingue quelques graffitis effacés, mais je parviens à déchiffrer l’un d’eux, tout frais, « La péniche des PD, cassez-vous ». On était en France, après l’an 2000.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juju le pigiste - dans Histoires de piges
commenter cet article

commentaires

Mat 29/01/2007 13:20

... de rire j'espère !
Bon article Julien ! J'ai toujours des photos de votre remise des diplomes... demande à Eduardo !
@+

Eduardo 28/01/2007 17:09

J'ai vraiment l'impression de vivre ce que tu écris... je pense que c'est plutôt bon signe, pour un écrivain, non?
En tous cas, tu vas finir par me tirer les larmes des yeux ;-)

Tatiana 27/01/2007 22:44

Je ne sais pas si c'est ce post que tu voulais que je lise, mais ce n'est pas les animaux qui me touchent dans ce texte, mais plutot, en tant que gay(tres)friendly, l'histoire sur le couple gay.
J'apprécie.
Merci
Tat'

Présentation

  • : Juju le Pigiste
  • Juju le Pigiste
  • : Journaliste pigiste, des aventures incroyables...au sens propre du terme. Embarquez dans le monde merveilleux de la pige! TOUTES LES HISTOIRES DE PIGES DE CE BLOG SE PASSENT ENTRE FIN 2003 et JANVIER 2006
  • Contact

Ecrivez au coupable!

Recherche

Jamais seul(e)!

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog